Actualité

Églantine Émeyé : « On y arrive car on le veut vraiment »

Églantine Émeyé : « On y arrive car on le veut vraiment  »


Ce n’est pas par hasard qu’Eglantine Eméyé a accepté immédiatement d’apporter son concours à notre GALA de SOLIDARITE. Malheureusement le report du Gala au mois de novembre l’empêchera d’être parmi nous.
Mère d’un enfant autiste, elle présente l’association UN PAS VERS LA VIE qu’elle préside à Florian Gauvain, notre interviewer.


Églantine, un mot sur votre association Un pas vers la vie ?

C’est une association qui soutient les familles touchées par l’autisme et essaie de les aider individuellement, de les soutenir dans leurs démarches. Elle créé aussi des établissements. Pour l’instant, on a une école de jour qui se situe à Montreuil et une maison de répit en association avec l’ADAPEI du Var. Aujourd’hui, on est en train de travailler sur une nouvelle école de jour.


Pourquoi consacrez-vous autant d’énergie dans des associations caritatives ?

Malheureusement parce que j’ai un enfant touché par l’autisme. Je regrette vraiment d’avoir attendu ce moment pour m’investir car il y a plein de belles choses à faire et c’est très enrichissant. Je suis comme beaucoup de personnes, j’ai un fils touché par l’autisme et devant le vide qu’il y avait pour les prises en charge, on a retroussé nos manches avec quelques parents pour essayer de s’occuper du problème nous-mêmes.


Entre toutes vos activités et vos obligations familiales, vous arrivez encore à vous libérer du temps ?

C’est difficile (sourires.) mais j’ai une fille super qui bosse avec moi. Je me bats pour lui dégager un salaire régulier car elle fait beaucoup. Un enfant autiste, c’est un enfant qui prend beaucoup de temps de d’énergie. On a beau être une association avec des bénévoles, c’est très difficile de demander aux parents de s’impliquer plus. Après, on s’organise, on y arrive car on le veut vraiment.


Est-ce que les deux associations Espace renaissance et Un pas vers la vie sont intimement liées ?

On demande à ESPACE RENAISSANCE de nous aider sur la nouvelle école que l’on veut créer. Il aurait été bien pour moi de venir animer le Gala car on a des points communs. Ça m’aurait permis d’en discuter aussi avec un autre public, de créer des liens plus forts. Ce n’est que partie remise. Nos deux associations sont appelées à travailler ensemble.